15. Thaïlande 3 - Ko Phi Phi et Railay

Thaïlande 3

(Ko Phi Phi et Railay)

thailandetrajets-3.jpg

dsc-9640.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la région de Kanchanaburi, puis les capitales (actuelle et historiques) et le Nord du pays, la troisième partie de notre découverte de la Thaïlande nous amène au sud, sur les côtes de la Mer d'Andaman. Embarquement à Chiang Mai pour un vol de deux heures à destination de Phuket, puis le lendemain, trajet en bateau pour rejoindre l'île de Ko Phi Phi.

Heureusement que notre halte à Phuket ne dure que quelques heures, car rien ne donne envie d'y rester. Notre impression sur Ko Phi Phi est plus nuancée sans être exceptionnelle (au risque de passer pour de vieux blasés, ce que nous espérons ne pas être devenus): les paysages sont superbes, certaines plages également. L'eau de la mer fait rêver (surtout si l'on n'aime pas les longues nuits et la météo du début de l'hiver en Suisse!), et l'on y a d'ailleurs passé bien quelques heures... Elle est peuplée de poissons multicolores, que l'on a pu admirer avec nos masques et tubas, soit depuis la plage de Long Beach, soit lors d'une belle excursion autour de Ko Phi Phi Leh, l'île inhabitée à côté de Ko Phi Phi Don, l'île "station-balnéaire". Peu de coraux à observer lors des sessions snorkeling (les fonds sont plutôt rocailleux), par contre des fonds marins somptueux observés lors de deux plongées que nous avons effectuées, Jeanique et moi (à Malong et Bida Nai, pour ceux qui y sont allés). En prime, deux tortues, des "poissons scorpions" et une multitude d'autres poissons plus beaux les uns que les autres. Voilà pour les (très) bons côtés.

Là où le bas blesse, c'est l'ambiance et l'envers du décor (d'où quelques photos rassemblées sous ce titre à la fin de l'album): nous nous attendions à retrouver un peu l'ambiance vécue aux Perhentians (Malaisie), nous nous sommes retrouvés dans une "ville" surpeuplée, chère, sale et bruyante. Nous n'avons fait la connaissance de personne ou presque, nous ne sommes que des porte-monnaies ambulants pour les locaux peu serviables et peut-être déjà trop vieux pour la majorité de la population de passage, qui vient visiblement là pour y faire la fête. Après plusieurs mois à l'opposé de tout ceci en Asie, le "retour sur terre" est rude: il est vrai que nous sommes en pleine haute-saison touristique, et qu'en dehors de cette période, c'est peut-être différent. Il n'empêche que pour illustrer ceci à "la Suisse", c'est comme si on terminait la saison de ski un dimanche de Pâques surpeuplé à Crans-Montana ou à Verbier, après avoir skié tout l'hiver sur les jours de semaine, dans des stations plus petites mais d'où l'on voit presque les mêmes sommets des Alpes. La synthèse de tout ceci pour Jeanique: "Si on devait revenir une fois en Asie, ce ne serait en tout cas pas ici." 

Après Ko Phi Phi, arrivée à Railay par bateau: nous ne sommes pas sur une île, mais le bateau est le seul moyen d'atteindre l'extrémité de cette langue de terre. Là, que du bonheur: un petit coin de paradis, où l'on retrouve une dimension humaine et sympathique, et tout le charme de l'Asie.

Les paysages sont toujours aussi beaux, les formations géologiques vraiment impressionnantes. L'eau et les plages fidèles à ce qu'on a rencontré de mieux au cours de notre périple asiatique. Agréable aussi de jouer au foot sur le sable avec les capitaines désoeuvrés des "long-tail boats" ou de discuter avec les locaux qui te reconnaissent au fil des jours. Nous n'avons pas eu une météo exceptionnelle (ça doit se voir sur les photos), mais Railay aura été une très belle manière de conclure notre découverte de l'Asie et notre bout de voyage en compagnie de Noëlle.

Ce lieu est connu pour ses sites d'escalade dans des falaises majestueuses au-dessus de la mer. Avec les enfants, nous avons donc testé pendant une demi-journée, et cela restera comme un tout bon moment. De quoi donner envie de revenir pour un stage d'une semaine! Nous avons également eu quelques belles vues depuis le large sur nos kayaks, avec lesquels nous nous sommes amusés à passer entre des rochers, dans des "cavernes" ou au pied des falaises.

Puisse Railay (tout comme les Perhentians et Pulau Mabul) garder son charme, sans se faire manger par le tourisme!

Lors du passage de Noëlle, nous avons passé de bons moments à jouer au jass (à trois, à quatre, à cinq aussi), et nous avons bien ri en jouant à la "mouche" dans l'eau.

Good bye Noëlle, good bye Railay, good bye Thailand, good bye Asia...

Commentaires (1)

1. Sarah ducommun 02/01/2012

Coucou à toute la famille! Un petit message pour vous dire au on suit toujours avec grand plaisir vos découvertes ! On vous souhaite une année 2012 remplie de rires , de rencontres fabuleuses , d expériences inoubliables et de passion!! Que tout le bonheur vous accompagne chaque jour!! Gros gros bisous Sarah

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 20/12/2011