22. Polynésie Française 3 - Tahiti

Polynésie Française 3

(deux jours sur Tahiti)

Notre parcours sur Tahiti.jpg

Nos premiers contacts et impressions de Tahiti étaient les suivants: atterrissage de nuit en provenance d'Auckland, une nuit dans une pension du centre ville de Papeete, une matinée passée à chercher une banque qui accepte nos cartes TravelCash, puis une librairie et l'agence d'Air Tahiti, avec en prime une courte traversée du Marché de Papeete.

Notre second passage à Papeete, à l'occasion de notre excursion à Rangiroa, fut pluvieux, tant à l'aller qu'au retour. Et parlons-en du retour un samedi après-midi: nous avions prévu de ne pas sauter dans le premier ferry pour Moorea et ainsi de profiter de quelques heures pour visiter la ville. Ce que nous ne savions pas, c'est que tout (sauf quelques boutiques de perles) est fermé à partir de midi. Déception pour nous tous, et une vision très glauque de Papeete, bien bien loin des images de cartes postales que l'on se fait de la Polynésie.

Nous sommes donc retournés sur Tahiti pour deux jours, afin d'essayer de découvrir l'île sous un meilleur angle, et de quitter le pays avec une image plus positive de la "capitale". Sur ce plan-là, le moins que l'on puisse dire est que nous n'avons pas été déçus! L'ambiance de la ville un mardi matin est tout autre. Nous avons donc commencé par le marché et l'achat de quelques souvenirs supplémentaires (nous enverrons un colis pour nous décharger de ceux-ci, et des autres...), puis la librairie à nouveau pour nos enfants, lecteurs bientôt aussi assidus que leur maman.

Nous prenons ensuite la direction de la côte est pour arriver aux Trois Cascades. Là, nous avons notre premier contact avec "Tahiti vert". Je m'explique: au contraire des atolls (ou îles basses) comme Rangiroa, les îles hautes telles Tahiti et Moorea ont deux faces bien différentes, mais aussi belles l'une que l'autre. Le côté bleu, c'est l'océan, le lagon, les poissons et les activités nautiques. Le côté vert, ce sont les montagnes escarpées, les vallées taillées à la serpe, et la végétation tropicale, abondante, luxuriante, magnifique. Cette petite digression pour expliquer le titre de certains albums photos.

Revenons donc à nos Trois Cascades: là, nous avons pris le temps d'une petite baignade, de quelques photos et d'une rencontre encore une fois fort sympathique. Ensuite, direction le Trou du Souffleur, où nous avons bien ri: le Trou du Souffleur est un canal dans la roche en bord de mer, canal par lequel le souffle des vagues s'écrasant au pied de la falaise ressort à hauteur de l'ancienne route. Parfois, le souffle est vraiment impressionnant et il n'y a pas que les cheveux qui s'envolent (donc, vous ne verrez pas toutes les photos...). C'est aussi à cet endroit que nous avons touché le sable noir de Tahiti pour la première fois, sable qui recouvre presque toutes les plages de l'île, noir puisque vestige des coulées de lave et non des coraux du lagon. 

Nous poursuivons notre exploration du "vert" en nous enfonçant au coeur de Tahiti et de son ancien volcan, remontant la vallée de la Papenoo. Nos efforts pour atteindre le Relais de la Maroto seront récompensés par des paysages à couper le souffle, et par une boisson bien méritée aussi! De tous les côtés, ce ne sont que falaises, dents ou pointes, recouvertes de végétation de haut en bas, parcourues par endroit par quelques cascades vertigineuses. 

Nous terminerons notre découverte de la côte est par la Pointe Vénus, où les Tahitiens se retrouvent en fin de journée pour pratiquer toutes sortes de sports, traditionnels ou non. Le soir, nous mangeons sur le port de Papeete, où se réunissent les roulottes ambulantes. L'ambiance du lieu nous rappellera avec beaucoup de plaisir l'Asie et ses marchés de nuit, même si notre choix de repas, crêpes salées et gaufres, fait plus penser à la Bretagne ou à la Belgique...

Après une nuit (presque) réparatrice, nous attaquons la journée par le petit déjeuner suivi d'un bain familial et animé dans la petite piscine de la pension. Ensuite, nous partons pour la côte ouest et nous irons d'une traite jusqu'à la fin de la route de la presqu'île, où se trouve la plage, mais surtout LA vague de Teahupoo, archi-connue dans le monde du surf pour son tube. Nous irons la voir de tout tout près, grâce au taxi-boat de Georges Riou (dont le fils est devenu surfeur pro) qui connaît cette vague comme sa poche et qui nous racontera une foule d'anecdotes et de détails sur l'histoire de ce lieu mythique, sur les compétitions qui s'y déroulent, et sur le monde du surf à Tahiti. Nous n'avons pas pu voir de surfeurs en action (le tube était bon tôt le matin), mais la puissance de la vague est impressionnante (lien YouTube).

C'est surtout moi qui avait envie de venir là, mais le retour à travers le lagon restera mémorable pour toute la famille, puisque plusieurs dauphins nous accompagnent et jouent devant l'étrave de notre bateau. L'après-midi, nous nous remettons de nos émotions avec la visite très intéressante du Musée de Tahiti et ses Îles. Après quoi, il est déjà temps de penser au retour vers Papeete, afin de remonter à bord du ferry nous ramenant à Moorea, où il ne nous reste plus, déjà(!), que cinq jours à passer, avant de nous envoler pour la suite de notre périple.

Les photos illustrant tout ceci sont visibles ici.


Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 13/04/2012