3. Indonesia - Jogjakarta et bilan de l'Indonésie

 

 

Jojakarta et environs

 

 

Pour la suite de notre découverte de l’Indonésie, après Flores et Bali, nous avons mis les pieds sur l’île de Java, de loin la plus peuplée de toute et accueillant la capitale de l’Indonésie Jakarta.

Nous n’y sommes pas allés (trop grande ville et sans beaucoup d’intérêt pour nous) mais avons décidé de passer une dizaine de jours à Yogyakarta (dite aussi Jogja). De là, nous avons visité les sites de Borobudur et Prambanan, nous sommes allés nous balader à Kaliurang sur les flancs du volcan Merapi (un des plus actifs de la planète) et avons découvert l’ambiance de ses rues le soir ou de son marché un matin.

Borobudur et Prambanan: les plus grands anciens sites religieux de Java (Borobudur pour le bouddhisme et Prambanan pour l’hindouisme), tous deux construits il y a plus de mille ans et restaurés au siècle dernier. Prambanan accueille aussi le superbe temple de Sewu, deuxième site bouddhiste de Java après Borobudur. Trois sites majestueux et impressionnants, difficiles à décrire mais dont vous pouvez voir nos images dans l’album-photo dédié (qui ne comporte pas beaucoup de photos avec nous dessus...). Nous leur avons à chaque fois consacré une journée de visite, sans être dans le flot des touristes venant au lever ou au coucher du soleil, mais sans éviter non plus complètement les vendeurs de souvenirs en tout genre...

Le Merapi a un peu joué à cache-cache avec nous: lorsque nous nous en sommes approchés en famille, son sommet était caché par les nuages et l’absence de vent ce jour-là, ne nous a pas permis de l’observer dans son entier. Par contre, nous avons gravi (c’est vraiment le mot: le sentier n’était pas long mais assez technique, au milieu d'une nature dévastée) ses flancs jusqu’à un promontoire nous permettant de voir les effets de sa dernière éruption datant de novembre dernier. Des arbres couchés par milliers (comme lors du passage de Lothar en Suisse pour utiliser une image connue), de la cendre, des maisons détruites à Kaliurang... Vision impressionnante et triste, mais déconcertante aussi: la vie reprend sa place au même endroit qu’avant, et des milliers de personnes risquent leur vie en cas de nouvelle éruption. La deuxième fois que le Merapi s’est caché, c’est lorsque j’ai voulu y monter jusqu’au sommet: ce jour-là (ou plutôt cette nuit-là, l’ascension étant nocturne pour voir le lever du soleil depuis le sommet), il était visible et magnifique. Par contre, un vent tempêtueux soufflait en altitude et nous a empêchés d’escalader les 300 derniers mètres (de dénivellation) séparant le plateau (d’où nous avons observé le lever du soleil) du bord du cratère. Température à cinq heures du matin: 10°C (sans compter l’effet du vent...), ce qui change des 27°C (en soirée) à 35°C (au plus chaud) habituels lors de notre séjour. J’étais bien content d’être équipé "à la Suisse"!

Pour ces excursions, nous avons utilisé les bus locaux. Où l’on fait l’apprentissage de la patience (impossible de répondre aux enfants nous demandant moult fois "On arrive quand?"), de la promiscuité aussi, et où l'on ne paie pas toujours le prix local, mais le prix touriste... D'où l'on observe également les autres usagers de la route: vélos, becak (tricycle permettant de transporter deux passagers), piétons poussant leur chariotte pour faire à manger, mais aussi d'innombrables scooters, des voitures, des camions bien chargés et des bus évidemment. Tout ça joyeusement mélangé sur les mêmes voies...

A Jogja, il est agréable de se balader, mais en journée la chaleur est vite lourde (35°C). Les rues sont animées le soir: on y a mangé plusieurs fois dans des petites gargottes; certains jouent aux échecs, des musiciens de rue essaient de gagner quelques sous. Le matin, nous sommes allés deux fois sur des marchés. La première fois au grand marché de Jogja: marché aux habits, aux fruits, légumes, épices et autres produits de consommation.  Nous en sommes ressortis pleins d'odeurs et d'images. Valentin y a reçu un cour pratique sur la balance à plateau, notion à son programme scolaire (!) nous a dit Jeanique. La seconde fois, au "Birds Market": comme son nom ne l'indique pas, il n'y a pas que des oiseaux, mais aussi des serpents, tortues, poissons, geckos, chats, chiens, chauves-souris, coqs et même des poussins peints... Les enfants ont bien aimé, nous nous posions plus de questions quant aux conditions de (sur)vie des animaux dans leurs cages, aquariums ou vivariums. J'ai même vu des jeunes filles européennes incapables de retenir leurs larmes! Mais peut-être que la situation était identique en Suisse il y a quelques années?


Bilan de l'Indonésie

Nous avons passé 30 jours en Indonésie (le maximum avec notre visa touristique) et l'on peut en faire un petit bilan. Ce pays était idéal pour commencer notre voyage, pour plusieurs raisons:

  • la nourriture y est très bonne, relativement variée et les enfants s'y sont mis volontiers (un seul McDo pour Leïla!)
  • le climat agréable: très peu de pluie, température chaude mais pas trop d'humidité, mer à 27°-29°C à Flores!
  • on trouve beaucoup de personnes parlant un peu l'anglais et capables de nous aider, de nous renseigner ou de nous expliquer les menus
  • les gens sont accueillants, souriants, agréables, aiment beaucoup les enfants (même trop parfois lorsqu'ils touchent voire embrassent les nôtres qui, du coup, sont tout impressionnés). Ceci je le savais pour Bali (île principalement hindouiste), je me suis rendu compte que sur Java (île principalement musulmane), c'était identique et que je devais avoir l'esprit un peu pollué par les idées défendues par Christoph B., Oskar F. et Ueli M.!
  • il n'y a qu'au sud de Bali que nous avons été englués dans le flot des touristes estivaux, pour le reste il était relativement facile de trouver un logement décent correspondant plus ou moins à nos envies (piscine lors des séjours de plusieurs jours) et à notre budget
  • la bière est chère, pas en absolu par rapport à la Suisse (2.50 CHF la bouteille de 7 dl), mais c'est plus qu'un bon repas indonésien
  • on s'est très vite habitué à l'absence de fumeurs dans les lieux publics en Suisse; du coup, les Indonésiens fumant beaucoup (les hommes seulement!), on est assez vite dérangés par la fumée... On peut aussi s'étonner de voir des vendeurs de cigarettes à l'unité dans la rue
  • après avoir vu plusieurs terrains de badminton, j'avais l'espoir de pouvoir jouer. L'Indonésie fournit plusieurs des meilleurs joueurs de la planète et j'aurais bien échangé quelques volants avec des joueurs locaux. Malheureusement, l'occasion ne s'est pas présentée. En Malaise peut-être?

 Voilà pour notre séjour en Indonésie. Départ (dans quelques heures) pour huit jours à Singapour, puis un mois en Malaisie.

A bientôt pour la suite

Les Krailiger en voyage

Commentaires (1)

1. Rondelle 15/08/2011

salut gègè,comment va depuis ces quelques semaines que vous êtes en route ?en faite a voir les nouvelles c est la belle vie ..c est cool bien content pour vous quatre .pour nous c est le début des cartons ,et oui cette fois c est sur, nous quittons st légier pour fin septembre (pour roche dans les nouveaux lotissements(un 4pieces et demi 110mc)la décision a été dure a prendre ,mais un donné il faut prendre une décision ,les fille comment a roche lundi.sandra fais la route pendant 1mois ( brave femme)alors voila les nouvelles des rondelle .dans l attente des prochaines new .salutation amical.éric

Ajouter un commentaire