6. Malaisie - le centre de la péninsule

 

 

 

 

 

 

 

Malaisie 2: le centre

Temerloh: sa gare routière, son Pizza Hut, son skate-park (réservé aux hommes visiblement), ses alignées glauques de blocs de béton toutes identiques (accueillant des magasins au rez et des habitations au premier), son absence de trottoir, son absence de passages piétons, son absence de plan de ville (dans notre guide et sur place aussi)... Une cité fantôme un peu, une ville pas faite pour se déplacer à pied, juste un noeud routier important, pas touristique pour deux sous. Son hôtel néanmoins très propre, sa chambre spacieuse (avec notre salle de bain à nous pour une fois!), et, ma foi, ses petits déjeuners de riz ou de pâtes...

On s'est arrêtés là pour une seule raison, et quelle (!) raison: Kuala Gandah, centre gouvernemental de réhabilitation et de relocalisation pour éléphants. Un centre chargé de soigner des animaux blessés ou de déplacer ceux dont l'habitat est dérangé par les activités humaines (comprenez les plantations d'huile de palme ou de caoutchouc, que nous avons pu observer sur des kilomètres et des kilomètres...), centre dans lequel nous avons passé une journée magnifique:

- les panneaux explicatifs, traduits en anglais, sont très instructifs et pédagogiques,

- le film nous présentant le travail de l'équipe chargée de relocaliser les éléphants est bien fait (malgré la piètre qualité de l'image projetée, c'est bien dommage!),

- on peut observer facilement les bêtes vivant dans leur habitat naturel,

- on peut nourrir les éléphants, se baigner avec des petits, et seul un nombre limité de visiteurs peut faire un petit tour sur leur dos,

- quelques animaux participent à une petite démonstration de leurs talents, sans que cela ne tourne au «show» trop bien huilé. 

Tout ceci est bien pensé, bien organisé, respectueux des animaux et donne l'impression qu'ils sont vraiment bien traités et non en captivité.

La plupart des touristes visitent ce centre depuis KL, avec un tour organisé, mais notre journée (malgré le trajet en taxi depuis Temerloh) nous aura coûté moins que le prix pour un seul enfant et, de plus, nous avons économisé des heures de bus puisque nous continuons en direction du Parc National de Taman Negara.

Pour atteindre ce Parc National, nous avons dû prendre un taxi à notre descente du premier bus (le second bus public prévu est parti 10' trop tôt et le trajet, faisable en bateau en remontant, la rivière nous faisait arriver trop tard), et bien nous en a pris: toutes les guesthouses où nous voulions dormir étaient pleines (vacances locales), du coup, le taxi nous a promené un bon moment dans le village avant que nous trouvions une chambre! Ambiance sur place: 35 degrés facilement, humidité maximale!

Le soir, nous mangeons sur l'eau (la plupart des "restaurants" sont sur la rivière, sur des radeaux) et nous assistons à la projection d'un beau film présentant cette Réserve Naturelle. Le lendemain, brouillard au réveil (étonnamment!), mais très vite dissipé par les premiers rayons du soleil. Nous partons alors pour une marche dans la jungle du Parc, avec pour objectifs la Canopy Walk (parcours de ponts de cordes à 40 mètres du sol), l'ascension d'une colline puis une place où la baignade en rivière est possible (soit 6 km environ).

Ce sera une succession d'émerveillements face aux champignons, papillons, processions de fourmis, arbres, feuilles, racines géantes, et lianes en tout genre, rencontrés sur le trajet. La Canopy Walk nous en mettra plein les yeux elle aussi, avec un point de vue bien plus aérien! L'ascension de la colline, puis la descente surtout, mettront nos jambes à rude épreuve et nous feront «mouiller le maillot». Mais la baignade en rivière (après presque 4 heures d'efforts), le farniente sur la «plage» et les jeux dans le sable effaceront vite les traces et redonneront le sourire à tout le monde. Nous n'avons vu que quelques oiseaux ou animaux (un gros lézard et un singe), mais nous sommes restés dans l'infime partie touristique du Parc. Il est clair que les éléphants d'Asie et les tigres de Malaisie ont assez de place dans cette gigantesque Réserve Naturelle (4343 km²), considérée comme la plus vieille jungle du monde, pour aller s'égayer ailleurs. Celle-ci est aussi le refuge des derniers aborigènes de la péninsule malaisienne, les Orang Asli.

 

Pour quitter le Parc, nous faisons cette fois le trajet en pirogue: 68 km de rivière, descendus en deux heures, au cours desquelles nous admirons la jungle "de l'extérieur". Nous passons à côté d'un martin-pêcheur, de buffles, et de singes jouant sur la berge. Un très bon moment (le matin, en deux heures), alors qu'on avait pensé le faire l'après-midi (quand il fait bien chaud...), dans le sens contraire du courant (ce qui prend quatre heures...). Comme quoi, rater un bus a parfois du bon!

Commentaires (1)

1. Sabine Leyvraz 11/09/2011

Merci pour vos récits, on apprend plein de choses à travers vos aventures!... Et c'est une magnifique raison de continuer à tenter de boycotter l'huile de palme dans mon alimentation (autant que faire se peut puisqu'il y a en a partout!)! Bonne suite à vous 4!

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 12/10/2011